3 brevets sur module

1 brevet sur raccordement entre panneaux

+ 1,5 M€ chiffre d'affaires 2017 du module Spring de DualSun

Réduire le coût des modules photovoltaïques hybrides pour en favoriser l'adoption dans le cadre des bâtiments à énergie positive (constructions neuves et rénovation)

Enjeux

Produire une énergie décentralisée, modulable et non-polluante, participant ainsi à la limitation des pollutions et des rejets de gaz à effet de serre est possible depuis longtemps avec le solaire. Pour ce faire, deux principaux types d’installation se sont développés : les capteurs solaires thermiques pour l’eau chaude sanitaire, les panneaux photovoltaïques pour la production d’électricité. Le projet DUALPLAS vise à faire baisser le coût des modules photovoltaïques hybrides, qui combinent efficacement ces deux productions, en développant un couple module-système adapté au marché en devenir de l’autoconsommation.

Le projet DUALPLAS est lancé en 2013, au moment où la réglementation thermique RT2012 se met en place. Celle-ci a pour objectif de réduire la consommation énergétique des bâtiments qui représentent 42,5 % de l’énergie finale totale consommée en France, et génèrent 23 % des émissions de gaz à effet de serre. Les partenaires du projet sont également attentifs à la future réglementation qui imposera, dès 2020, le bâtiment à énergie positive (BEPOS) , c’est à dire que toute nouvelle construction devra produire un excédent d’énergie en utilisant une source d’énergie propre. Le solaire est la plus accessible.

En 2013, la société DualSun (anciennement Solaire 2G), porteur du projet, commercialise déjà un module hybride (photovoltaïque et thermique) offrant de hautes performances mais dont le coût doit être baissé dans la perspective de cette révolution énergétique. Car si, à l’époque, la production d’électricité a pour objectif principal d’être revendue au réseau électrique afin de rentabiliser l’installation, l’arrivée du standard BEPOS changera la donne.

Les partenaires de DUALPLAS veulent anticiper le marché du solaire autoconsommé (et la baisse des prix qui y sera associée une fois cette solution généralisée) en proposant un produit plus accessible en terme de coût, grâce notamment à de nouveaux matériaux et procédés. DUALPLAS prévoit également d’atteindre un niveau d’autoconsommation supérieur à 75% de la production solaire, afin de maximiser l’autoconsommation et améliorer ainsi l’autonomie des bâtiments, en particulier de la maison individuelle, mais aussi des bâtiments collectifs.

 

Grâce à DUALPAS, DualSun a pu :

 

Les partenaires ont également pu tester le module en grandeur nature, sur des maisons individuelles, des logements collectifs ou encore des bâtiments comme des piscines ou gymnases, confirmant le fonctionnement, l’intérêt de l’autoconsommation et la facilité de mise en œuvre.

 

Croissance

La réussite du projet DUALPLAS, avec la mise au point de Spring, a permis à DualSun de boucler une levée de fonds de 2,4 M€ en 2017, opération visant à accélérer les ventes. Mission accomplie puisque le module Spring a généré 1,5 M€ de chiffre d’affaires en 2017,
2 M€ à fin août 2018, offrant un prévisionnel de 2,5 à 2,7 M€ à fin 2018.

La société a également attaqué le marché des piscines, en particulier individuelles, afin de limiter leur impact écologique. Les panneaux Spring servent de chauffage pour la piscine lors des périodes ensoleillées, et leur production électrique va permettre d’effacer les consommations de la piscine, notamment pour la pompe de filtration. En cas de surplus, l’énergie électrique est envoyée vers la maison. Ce système est particulièrement développé en Australie où DualSun travaille avec un partenaire local.

 

Perspectives

Depuis le début du projet, les mentalités ont évolué par rapport à l’énergie, et 2020 avec le standard « bâtiment à énergie positive » approche, offrant à DualSun de nouvelles perspectives. Son panneau DualSun Spring étant adapté à tout type de bâtiment avec des besoins en eau chaude et en électricité, la société a pour cible les logements collectifs et les bâtiments tertiaires.

Pour développer son offre, la société mise également sur des partenariats avec des sociétés aux technologies complémentaires. C’est déjà le cas avec Daikin, qui propose des solutions de chauffage et de climatisation/refroidissement, HELIOPAC, spécialiste depuis plus de 25 ans de la production d’eau chaude sanitaire collective et des énergies renouvelables ou encore Ökofen, spécialiste de la chaudière à granulés.

 

 

Financements

Conseil départemental des Bouches du Rhône, Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, Conseil régional PACA